Artémisinine-pipéraquine sensationnelle pour le traitement du COVID-19 en vue

GUANGZHOU, Chine, 4 novembre 2021 /PRNewswire/ — Les comprimés d’artémisinine et de pipéraquine Artequick sont une fois de plus devenus des mots à la mode dans le monde entier, puisque tout récemment, leur efficacité dans le traitement du COVID-19 a fait l’objet d’un débat animé par des diffuseurs en direct sur les médias sociaux et les plateformes de médias en ligne à l’étranger. Ces médicaments ont attiré l’attention de l’industrie après que l’International Journal of Antimicrobial Agents a publié un article intitulé « Safety and Efficacy of Artemisinin-Piperaquine for Treatment of COVID-19 ».

Artequick artemisinin and piperaquine tablets developed by Artepharm Co., Ltd.

En tant que composé d’artémisinine de quatrième génération, l’artémisinine-pipéraquine a été enregistrée dans des dizaines de pays, a déclaré Wang Xinhua, ancien président de l’université de médecine de Guangzhou, consultant principal à l’Institut de médecine traditionnelle chinoise du Guangdong Nouveau Sud et membre principal du groupe pour la recherche clinique et l’application de l’artémisinine en Chine, ajoutant que depuis des décennies, elle est largement utilisée comme traitement efficace contre le paludisme, en particulier le paludisme à falciparum. Depuis le début de la pandémie de coronavirus, l’équipe dévouée de scientifiques a examiné l’efficacité du composé contre le virus, et leur découverte a déclenché un vif débat à l’étranger. Cela implique que la communauté scientifique et le grand public ont désespérément besoin de traitements médicamenteux efficaces contre le COVID-19.

Développés conjointement par Artepharm Co., Ltd, une filiale du Guangdong New South Group, et l’équipe de recherche dirigée par le professeur Li Guoqiao de l’Université de médecine chinoise de Guangzhou, les comprimés d’artémisinine et de pipéraquine Artequick ont été certifiés par l’Administration nationale des produits médicaux de Chine comme nouveau médicament de catégorie I en 2006. Et ils sont le médicament de premier choix recommandé par la Commission nationale de la santé de Chine depuis 2009. Protégé par un brevet dans 40 pays, dont les États-Unis, et une marque déposée dans 29 nations, Artequick a été enregistré et autorisé à la vente dans 24 États, et figure désormais parmi les principaux antipaludiques au Nigeria, en Tanzanie et au Kenya. Cela étant, le médicament a contribué à l’avènement d’un monde sans paludisme à un rythme rapide en empêchant des dizaines de millions de personnes de contracter la maladie.

Depuis l’année dernière, le Guangdong New South Group, en collaboration avec des scientifiques du Centre de recherche sur l’artémisinine de l’Université de médecine chinoise de Guangzhou et de l’Institut de santé respiratoire de Guangzhou, a mené des essais cliniques sur l’artémisinine-pipéraquine dans le traitement du COVID-19 au huitième Hôpital populaire de Guangzhou, dans la province de Guangdong, et à l’hôpital Hongqi affilié à l’Université médicale de Mudanjiang, dans la province de Heilongjiang. L’étude a révélé qu’il a fallu 8,3 jours en moyenne pour que les résultats des tests d’acide nucléique des 85 cas d’observation (qui ont été traités avec le composé) deviennent négatifs. Et lorsqu’on les a observés au 21e jour, 98,8 % d’entre eux ont vu un résultat négatif, et au 28e jour, 100 %, contre 14,3 % et 58,7 %, respectivement, pour le groupe témoin de 63 infections non traitées à l’artémisinine-pipéraquine. Selon une expérience in vitro menée par l’Institut de santé respiratoire de Guangzhou, la plus forte concentration non toxique d’artémisinine-pipéraquine est de 125 microgrammes par millilitre, ce qui permet d’empêcher le HCoV-229E de provoquer un effet cytopathique sur les cellules HuH-7.

Dans de nombreux pays africains, le personnel des institutions et des entreprises locales financées par la Chine a produit un résultat significatif, puisqu’ils ont adopté l’artémisinine-pipéraquine pour prévenir et traiter le coronavirus, a noté Mme Huo Jiangtao, responsable de l’Association des entreprises d’Afrique Guangdong. Aucun cas de COVID-19 traité avec le médicament aux Comores, au Kenya et dans d’autres pays n’est mort de la maladie.

Ces progrès ont été salués par Zhong Nanshan, le plus grand spécialiste chinois des maladies respiratoires. L’expérience a donné « quelques résultats positifs préliminaires », a-t-il déclaré, ajoutant que l’efficacité de l’artémisinine-pipéraquine dans le traitement du virus ne devrait pas seulement être basée sur le taux de tests d’acide nucléique se révélant négatifs, mais sur l’observation holistique de la génétique et une vérification méticuleuse.

« La médecine traditionnelle chinoise (MTC) a été un point fort de la réponse de la Chine au COVID-19. Les comprimés d’artémisinine et de pipéraquine sont dérivés de la MTC. L’artémisinine est extraite de la plante Artemisia annua, une herbe utilisée dans la MTC, et avec des années d’expérience, elle s’avère sûre et efficace pour guérir le paludisme. À l’avenir, le médicament devrait avoir un rôle plus important à jouer dans le traitement d’autres maladies » a déclaré Zhu Layi, président du Guangdong New South Group.

La recherche sur l’utilisation de l’artémisinine-pipéraquine pour traiter le COVID-19 a maintenant progressé de façon constante.

Liens vers des images jointes :

Lien : http://asianetnews.net/view-attachment?attach-id=406302

Légende : Les comprimés d’artémisinine et de pipéraquine Artequick mis au point par Artepharm Co., Ltd.

Photo : https://mma.prnewswire.com/media/1677706/Medicine.jpg

hammad

hammad

Top